a

 

 

Profil statistique en habitation
de l’arrondissement de Saint-Laurent


Présentation
La Direction de l’habitation du Service de la mise en valeur du territoire et du patrimoine a élaboré un profil statistique des ménages et du parc de logements pour l’ensemble de la ville de Montréal, chacun des arrondissements montréalais et leurs quartiers (quartiers de référence). Cette initiative a pour but de permettre aux intervenants du domaine de l’habitation de mesurer l’évolution des conditions de logement des ménages à partir des données du recensement de 2006 et de mieux cerner les enjeux et préoccupations locales à cet égard. Les profils se composent de faits saillants, graphiques et tableaux facilitant les comparaisons.

 

 

Les quartiers de référence en habitation

Les quartiers de référence ne sont pas des entités administratives officielles, mais représentent des entités de planification (les anciens quartiers de planification de Montréal). Ils offrent un profil socio-économique relativement homogène ou sont délimités par des barrières physiques importantes (chemin de fer, autoroute, etc.). Ces quartiers représentent parfois des réalités historiques. Mentionnons que les arrondissements issus de la fusion municipale (2002) ont participé à l’exercice de délimitation des nouveaux quartiers. Vous trouverez une carte de tous les quartiers de la Ville à la fin du document.

 

Les ménages

Un ménage est constitué d’une personne ou groupe de personnes occupant un même logement. De ce fait, les données sur les ménages constitue une base pertinente pour analyser les conditions de logement.

 

Les écarts entre les variables et les totaux

Toutes les données provenant de Statistique Canada ont été arrondies de manière aléatoire à un multiple de 5 (0 – 5 – 10), ce qui explique parfois les écarts entre la somme des données (horizontale ou verticale) et les totaux indiqués. Ceci s’observe dans la majorité des tableaux présentés dans ce document.

montréal

 

Nombre de ménages

Faits saillants

  • En 2006, l’arrondissement de Saint-Laurent comptait 33 420 ménages, ce qui représentait 4,5 % des 743 235 ménages de la ville de Montréal.
  • Entre 2001 et 2006, le nombre de ménages de l’arrondissement a augmenté de 8,6 %. Cette hausse est plus élevée que celle observée pour l’ensemble de la ville de Montréal (3,3 %) (voir p. 5).
  • Plus finement, le nombre de ménages par quartier varie de 4 115 pour Grenet (56) à 9 675 pour Bois-Francs (58).

Carte de Saint-Laurent et ses quartiers

ménages Saint-Laurent

Source : Statistique Canada, tableaux personnalisés du recensement de 2006 (CO-1005).
Cartographie : Ville de Montréal, SMVTP-DH.
Pour alléger les tableaux et graphiques, les quartiers de référence seront abrégés à leur dénomination numérique (ex. QR 01)

 

 

Mode d’occupation des ménages

Faits saillants

  • Quoique formé majoritairement de locataires, l’arrondissement de Saint-Laurent a connu une forte augmentation de propriétaires entre 2001 et 2006 :
    • 55,7 % des ménages de l’arrondissement sont locataires; pour la ville de Montréal, ce pourcentage s’élève à 65,6 %.
    • Le nombre de ménages propriétaires a augmenté de 18,2 % par rapport à 2001, tandis que le nombre de ménages locataires a augmenté de 2,1 %. Ces variations contrastent de la tendance observée pour l’ensemble de la ville de Montréal, soit un accroissement de 10,7 % de ménages propriétaires et une légère baisse de 0,2 % de ménages locataires.
  • Le quartier Bois-Francs (58) a la proportion de ménages propriétaires la plus élevée avec 56,8 %, tandis que le quartier Chameran/Montpellier (55) a celle de ménages locataires la plus élevée avec 78,3 %.

 

Mode d’occupation des ménages par secteur

occupations des ménages pas secteur

Source : Statistique Canada, tableaux personnalisés du recensement de 2006 (CO-1005).
Compilation : Ville de Montréal, SMVTP-DH.

 

 

Composition des ménages

Avis aux lecteurs :
Les catégories traitant des « ménages avec enfants » présentées dans ce document diffèrent du concept de « familles de recensement » utilisé par Statistique Canada. Cette dernière catégorie est plus large que celle des ménages avec enfants car, d’une part, elle considère les couples sans enfants comme des familles et, d’autre part, chacune des familles qui cohabitent dans un même logement. Dans ce dernier cas, un découpage par ménages comptera ces familles qui cohabitent un même logement comme un seul ménage nommé « ménage multifamilial ».


Faits saillants

  • L’arrondissement de Saint-Laurent est composé principalement de couples avec enfants, soit dans une proportion de 32,6 %1. Suivent ensuite lespersonnes seules avec 30,8 % et les couples sans enfants avec 20,8 %. Ces proportions contrastent de celles de l’ensemble de la ville de Montréal (39,6 % de personnes seules et 21,8 % de couples avec enfants).
  • En termes de croissance, ce sont les couples avec enfants qui ont augmenté le plus entre 2001 et 2006 avec 12,8 % (1,4 % dans la ville de Montréal).
  • Les couples avec enfants sont les plus nombreux dans tous les quartiers à l’exception du quartier Chameran/Montpellier (55) où les personnes seulessont les plus nombreuses avec 39,5 % des ménages.

 

Pour le nombre total de ménages avec enfants, voir p. 7.

 

 

 

 

Composition des ménages par secteur

compositions des ménages

Source : Statistique Canada, tableaux personnalisés du recensement de 2006 (CO-1005).
Compilation : Ville de Montréal, SMVTP-DH.
*Les ménages « autres » incluent les ménages multifamiliaux et ceux de 2 personnes ou plus non apparentées.

 

 

Composition des ménages (2006) et variation entre 2001 et 2006
  Couples sans enfants Couples avec enfants Ménages monoparentaux Personnes seules Autres Tous ménages
Saint-Laurent 6 935 10 890 3 630 10 285 1 680 33 420
Variation 2001-2006 (%) 4,5 12,8 12,0 7,2 2,1 8,6
Ville de Montréal 151 065 161 945 84 500 294 090 51 635 743 235
Variation 2001-2006 (%) 4,1 1,4 0,4 4,5 5,2 3,3

Source : Statistique Canada, tableaux personnalisés du recensement de 2006 (CO-1005) et du recensement de 2001 (CO-0658). Compilation : Ville de Montréal, SMVTP-DH.
*Les ménages « autres » incluent les ménages multifamiliaux et ceux de 2 personnes ou plus non apparentées.

 

 

Composition des ménages et mode d’occupation

Faits saillants

  • Les couples avec ou sans enfants sont majoritairement propriétaires dans l’arrondissement, ce qui est aussi le cas pour les couples montréalais avec enfants.
  • Les personnes seules sont principalement locataires et ce, tant dans l’arrondissement avec un pourcentage de 70,5 % que dans la ville de Montréal avec 78,6 %.
  • Les ménages du quartier Chameran/Montpellier (55) se démarquent par la proportion de ménages locataires plus élevée que l’arrondissement et ce, pour tous les types de ménages.

 

Composition des ménages et mode d’occupation par secteur
QR 55 QR 56 QR 57 QR 58 QR 59 Saint-Laurent Ville de Montréal
N % N % N % N % N % N % N %
Couples sans enfants 1 535 100,0 680 100,0 750 100,0 2 385 100,0 1 580 100,0 6 935 100,0 151 065 100,0
Propriétaires 590 38,4 330 48,5 545 72,7 1 555 65,2 1 045 66,1 4 060 58,5 71 545 47,4
Locataires 945 61,6 350 51,5 205 27,3 830 34,8 535 33,9 2 870 41,4 79 520 52,6
Couples avec enfants 2 055 100,0 1 610 100,0 1 345 100,0 3 100 100,0 2 785 100,0 10 890 100,0 161 945 100,0
Propriétaires 330 16,1 480 29,8 965 71,7 2 180 70,3 1 855 66,6 5 800 53,3 87 520 54,0
Locataires 1 725 83,9 1 130 70,2 380 28,3 920 29,7 930 33,4 5 085 46,7 74 430 46,0
Ménages monoparentaux 820 100,0 590 100,0 465 100,0 920 100,0 840 100,0 3 630 100,0 84 500 100,0
Propriétaires 145 17,7 115 19,5 230 49,5 450 48,9 370 44,0 1 310 36,1 23 550 27,9
Locataires 675 82,3 475 80,5 235 50,5 470 51,1 470 56,0 2 320 63,9 60 945 72,1
Personnes seules 3 160 100,0 960 100,0 1 180 100,0 2 870 100,0 2 110 100,0 10 285 100,0 294 090 100,0
Propriétaires 585 18,5 285 29,7 350 29,7 1 115 38,9 695 32,9 3 030 29,5 62 970 21,4
Locataires 2 575 81,5 675 70,3 830 70,3 1 755 61,1 1 415 67,1 7 250 70,5 231 120 78,6
Autres* 430 100,0 280 100,0 180 100,0 405 100,0 385 100,0 1 680 100,0 51 635 100,0
Propriétaires 85 19,8 55 19,6 90 50,0 195 48,1 155 40,3 600 35,7 10 050 19,5
Locataires 345 80,2 225 80,4 90 50,0 210 51,9 230 59,7 1 095 65,2 41 590 80,5

Source : Statistique Canada, tableaux personnalisés du recensement de 2006 (CO-1005).

Compilation : Ville de Montréal, SMVTP-DH.

Les ménages « autres » incluent les ménages multifamiliaux et ceux de 2 personnes ou plus non apparentées.

 

Ménages avec enfants et nombre de chambres à coucher

Avis aux lecteurs :
Tous les enfants demeurant chez leurs parents sont inclus dans les données, même s’ils ont 18 ans ou plus.
Dans cette section, les copropriétaires de copropriétés divises sont traités distinctement des propriétaires (ce qui n’est pas le cas pour les copropriétés indivises).

 

Faits saillants

  • Près de 45 % des ménages de l’arrondissement sont des ménages avec enfants, comparativement à 34,0 % pour la ville de Montréal.
  • Parmi les ménages avec enfants, 43,0 % comptent un enfant, suivis des ménages de deux et trois enfants ou plus avec respectivement 36,4 % et 20,6 %.
  • Comme on peut s’y attendre, plus le nombre d’enfants est grand, plus le nombre de chambres à coucher est élevé.
    • La majorité (56,9 %) des ménages avec enfants de l’arrondissement habitent dans des logements de 3 chambres à coucher ou plus.
    • Les ménages avec deux et trois enfants ou plus habitent dans des logements de 3 chambres à coucher ou plus, dans des proportions de 65,6 % et 67,8 %.
  • Cependant, la proportion des ménages locataires avec enfants habitant dans un petit logement (studio, 1 c.c.) est plus élevée dans Saint-Laurent que dans la ville de Montréal (20,6 % et 15,5 % respectivement).
  • Par mode d’occupation, les ménages avec enfants propriétaires habitent de plus grands logements; 90,1 % ont un logement de 3 chambres à coucher ou plus, comparativement à 47,1 % pour les copropriétaires et à 31,3 % pour les locataires.
  • Le quartier Grenet (56) compte le plus fort pourcentage de ménages de trois enfants ou plus avec 27,2 % et le quartier Bois-Francs (58), le plus faible avec 15,8 %.

 

Ménages avec enfants par secteur
QR 55 QR 56 QR 57 QR 58 QR 59 Saint-Laurent Ville de Montréal
N % N % N % N % N % N % N %
Tous ménages 8 000 100,0 4 115 100,0 3 920 100,0 9 675 100,0 7 700 100,0 33 420 100,0 743 235 100,0
Ménages avec enfants (incluant les couples avec enfants,
les ménages monoparentaux et des ménages multifamiliaux)
2 955 36,9 2 260 54,9 1 875 47,8 4 215 43,6 3 710 48,2 15 020 44,9 252 460 34,0
1 enfant 1 320 44,7 895 39,6 820 43,7 1 865 44,2 1 550 41,8 6 460 43,0 126 360 50,1
2 enfants 1 005 34,0 740 32,7 685 36,5 1 680 39,9 1 350 36,4 5 465 36,4 87 900 34,8
3 enfants ou plus 630 21,3 615 27,2 375 20,0 665 15,8 805 21,7 3 095 20,6 38 200 15,1
Total 2 955 100,0 2 260 100,0 1 875 100,0 4 215 100,0 3 710 100,0 15 020 100,0 252 460 100,0

Source : Statistique Canada, tableaux personnalisés du recensement de 2006 (CO-1006). Compilation : Ville de Montréal, SMVTP-DH.

 

 

Ménages avec enfants selon le nombre d’enfants dans le ménage et de chambres à coucher

nombre enfants chambres à coucher

Source : Statistique Canada, tableaux personnalisés du recensement de 2006 (CO-1006).
Compilation : Ville de Montréal, SMVTP-DH.

 

 

Ménages avec enfants selon le nombre de chambres à coucher et le mode d’occupation

mode d'occupation

Source : Statistique Canada, tableaux personnalisés du recensement de 2006 (CO-1006).
Compilation : Ville de Montréal, SMVTP-DH.

 

 

Distribution des ménages par catégories d’âges

Avis aux lecteurs :
Les ménages sont catégorisés suivant l’âge du principal soutien du ménage, c’est-à-dire, la personne de 15 ans ou plus qui est la principale responsable des paiements de l’hypothèque ou du loyer.

Faits saillants

  • Les ménages de Saint-Laurent sont relativement plus âgés que les ménages montréalais et la tendance est au vieillissement :
    • 27,9 % des ménages ont 65 ans ou plus, comparativement à 21,4 % pour la ville de Montréal. De plus, en nombre absolu, ils ont augmenté de 8,6 % entre 2001 et 2006, comparativement à 3,6 % pour les ménages montréalais.
    • La cohorte des 55 à 64 ans est celle qui augmente le plus avec 20,5 % (17,9 % pour Montréal).
  • Les ménages de moins de 35 ans sont proportionnellement moins nombreux dans l’arrondissement que dans Montréal avec 16,7 %; pour la ville, le taux est de 23,7 %.
  • Les couples sans enfants et les personnes seules sont les plus âgés; respectivement, 46,4 % et 41,0 % d’entre eux ont 65 ans ou plus. De plus, les couples sans enfants de 65 ans ou plus ont augmenté de plus de 12 % par rapport à 2001.
  • Les ménages des quartiers Chameran/Montpellier (55) et Dutrisac (57) sont les plus âgés; le tiers ont 65 ans ou plus. À l’inverse, le quartier Grenet (56) est celui dont les ménages sont relativement les plus jeunes.

 

 

Âge du principal soutien par secteur

âge du soutien

Source : Statistique Canada, tableaux personnalisés du recensement de 2006 (CO-1005).
Compilation : Ville de Montréal, SMVTP-DH.

 

Âge du principal soutien du ménage et composition des ménages
Couples sans enfants Couples avec enfants Ménages monoparentaux Personnes seules Tous ménages
N % % var.
01-06
N % % var.
01-06
N % % var.
01-06
N % % var.
01-06
N % % var.
01-06
Saint-Laurent 6 935 100,0 4,5 10 890 100,0 12,8 3 630 100,0 12,0 10 285 100,0 7,2 33 420 100,0 8,6
Moins de 35 ans 1 165 16,8 -9,3 1 460 13,4 -2,0 480 13,2 4,3 1 715 16,7 12,5 5 580 16,7 1,4
35 à 44 ans 690 9,9 2,2 3 845 35,3 14,4 740 20,4 -5,7 1 380 13,4 -2,8 6 910 20,7 6,2
45 à 54 ans 560 8,1 -29,6 3 160 29,0 21,5 1 090 30,0 11,8 1 245 12,1 5,5 6 285 18,8 9,4
55 à 64 ans 1 305 18,8 27,3 1 430 13,1 -1,4 650 17,9 42,9 1 725 16,8 24,1 5 320 15,9 20,5
65 ans ou plus 3 215 46,4 12,6 995 9,1 32,7 670 18,5 18,6 4 215 41,0 3,3 9 330 27,9 8,6
Ville de Montréal 151 065 100,0 4,1 161 945 100,0 1,4 84 500 100,0 0,4 294 090 100,0 4,5 743 235 100,0 3,3
Moins de 35 ans 40 560 26,8 8,4 27 990 17,3 -9,8 13 740 16,3 -18,2 67 365 22,9 1,9 176 455 23,7 -0,2
35 à 44 ans 16 545 11,0 -5,7 55 915 34,5 -1,1 23 110 27,3 -7,5 45 735 15,6 -6,6 148 495 20,0 -4,4
45 à 54 ans 19 175 12,7 -1,8 46 565 28,8 9,6 24 610 29,1 11,0 49 690 16,9 4,8 146 420 19,7 6,2
55 à 64 ans 27 840 18,4 12,4 20 355 12,6 8,9 10 785 12,8 24,5 48 400 16,5 22,6 112 870 15,2 17,9
65 ans ou plus 46 950 31,1 2,5 11 115 6,9 1,1 12 250 14,5 6,4 82 900 28,2 4,3 158 990 21,4 3,6

Source : Statistique Canada, tableaux personnalisés du recensement de 2006 (CO-1005) et du recensement de 2001 (CO-0658).
Compilation : Ville de Montréal, SMVTP-DH.
Note : Les ménages « autres » (incluant les ménages multifamiliaux et ceux de 2 personnes ou plus non apparentées) sont inclus dans « Tous ménages ».

 

 

 

Ménages dont le principal soutien est né à l’extérieur du Canada

 

Avis aux lecteurs :
Le lieu de naissance du principal soutien du ménage est la variable considérée.
Les résidents permanents (immigrants n’ayant pas reçu leur citoyenneté canadienne) ne sont pas compris parmi les ménages immigrants; ils le sont toutefois dans l'ensemble des ménages.

 

Faits saillants

  • Les ménages dont le principal soutien est né à l’extérieur du Canada sont majoritaires dans Saint-Laurent, ce qui est nettement plus élevé que dans l'ensemble de la ville. Ils représentent 56,8 % des ménages de l’arrondissement, comparativement à 32,9 % pour Montréal.
  • De ce nombre, dans l’arrondissement, 18,0 % se sont établis au pays entre 2001 et 2006 (20,1 % dans la ville).
  • Ces ménages ont un profil semblable à l'ensemble des ménages en ce qui concerne le mode de tenure; 57,2 % sont des ménages locataires (vs 55,7 % pour l’ensemble des ménages de l’arrondissement).
  • Les ménages immigrants se concentrent plus particulièrement dans le quartier Grenet (56).

 

Mode d’occupation des ménages dont le principal soutien est né à l’extérieur du Canada selon le secteur
QR 55 QR 56 QR 57 QR 58 QR 59 Saint-Laurent Ville de Montréal
N % N % N % N % N % N % N %
Tous ménages 8 000 100,0 4 115 100,0 3 920 100,0 9 675 100,0 7 700 100,0 33 420 100,0 743 235 100,0
Ménages dont le principal soutien est né à l'extérieur du Canada 4 965 62,1 2 820 68,5 1 885 48,1 4 925 50,9 4 390 57,0 18 990 56,8 244 470 32,9
Propriétaires 970 19,5 770 27,3 1 075 57,0 2 815 57,2 2 490 56,7 8 125 42,8 90 715 37,1
Locataires 3 995 80,5 2 050 72,7 805 42,7 2 105 42,7 1 905 43,4 10 865 57,2 153 765 62,9
Dont la période d'immigration est de 2001 à 2006 1 230 24,8 810 28,7 210 11,1 485 9,8 680 15,5 3 415 18,0 49 115 20,1

Source : Statistique Canada, tableaux personnalisés du recensement de 2006 (CO-1006).
Compilation : Ville de Montréal, SMVTP-DH.

 

 

Revenu annuel des ménages (2005)

Avis aux lecteurs :
Le revenu du ménage est le revenu brut cumulé de tous les membres du ménage incluant les revenus de transferts gouvernementaux.

 

Faits saillants

  • En termes de revenu, les ménages de Saint-Laurent sont plus fortunés que ceux de la ville de Montréal; le revenu médian s’élève à 43 513 $, comparativement à 38 201 $ pour Montréal.
  • Les revenus des ménages propriétaires sont supérieurs à ceux des ménages locataires. Le revenu médian des ménages propriétaires est de 66 882 $ contre 32 376 $ pour les locataires. Pour la ville, les revenus médians des propriétaires et des locataires s’élèvent respectivement à 63 196 $ et 29 766 $.
  • Dans la tranche de revenus supérieurs (100 000 $ ou plus), les ménages propriétaires de l’arrondissement s’y trouvent en plus grand nombre et plus fortement représentés que dans l’ensemble de la ville.
  • Par rapport à la composition des ménages, il n’est pas surprenant de constater que les couples avec enfants ont le revenu médian le plus élevé avec 60 267 $, tandis que les personnes seules ont le revenu médian le moins élevé avec 26 474 $.
  • Entre 2000 et 2005, on observe une stabilité du pourcentage des ménages sous le seuil de faible revenu. Cependant, ce taux diminue pour les propriétaires et augmente chez les locataires. Dans l’ensemble des ménages de l’arrondissement, ces proportions tendent à rejoindre celles observées pour l’ensemble de la ville qui, par ailleurs, ont également connu une certaine stabilité.
  • Au niveau des quartiers, le quartier Bois-Francs (58) est celui où les ménages ont les revenus les plus élevés, tant chez les propriétaires que chez les locataires avec un revenu médian respectif de 78 726 $ et de 37 626 $.

 

Revenu médian (2005) des ménages selon leur composition et leur mode d’occupation
Couples sans enfants Couples avec enfants Ménages monoparentaux Personnes seules Tous ménages
Saint-Laurent          
Tous ménages 54 808 $ 60 267 $ 40 631 $ 26 474 $ 43 513 $
Propriétaires 70 428 $ 86 100 $ 64 024 $ 36 475 $ 66 882 $
Locataires 39 980 $ 39 900 $ 33 601 $ 22 913 $ 32 376 $
Ville de Montréal
Tous ménages 51 870 64 357 $ 36 314 $ 23 123 $ 38 201 $
Propriétaires 65 141 $ 86 787 $ 54 905 $ 36 262 $ 63 196 $
Locataires 42 536 $ 43 812 $ 30 591 $ 20 328 $ 29 766 $

Source : Statistique Canada, tableaux personnalisés du recensement de 2006 (CO-1005). Compilation : Ville de Montréal, SMVTP-DH.
Note : Les ménages « autres » (incluant les ménages multifamiliaux et ceux de 2 personnes ou plus non apparentées) sont inclus dans « Tous ménages ».

 

 

Revenu annuel (2005) des ménages et mode d’occupation par secteur
QR 55 QR 56 QR 57 QR 58 QR 59 Saint-Laurent Ville de Montréal
N % N % N % N % N % N % N %
             
Tous ménages 8 000 100,0 4 115 100,0 3 920 100,0 9 675 100,0 7 700 100,0 33 420 100,0 743 235 100,0
Moins de 20 000 $ 2 165 27,1 1 095 26,6 655 16,7 1 290 13,3 1 140 14,8 6 350 19,0 182 895 24,6
20 000 $ à 39 999 $ 2 630 32,9 1 310 31,8 985 25,1 2 175 22,5 1 790 23,2 8 890 26,6 205 190 27,6
40 000 $ à 74 999 $ 2 240 28,0 1 210 29,4 1 080 27,6 2 705 28,0 2 560 33,2 9 790 29,3 210 070 28,3
75 000 $ à 99 999 $ 530 6,6 315 7,7 525 13,4 1 170 12,1 900 11,7 3 440 10,3 65 965 8,9
100 000 $ ou plus 430 5,4 190 4,6 680 17,3 2 335 24,1 1 305 16,9 4 935 14,8 79 115 10,6
Revenu médian 32 590 $ 34 015 $ 49 257 $ 55 647 $ 49 405 $ 43 513 $ 38 201 $
Sous le seuil de faible revenu - 2005 3 310 41,4 1 810 44,0 1 085 27,7 1 990 20,6 1 875 24,4 10 070 30,1 254 19 5 34,2
Sous le seuil de faible revenu - 2000 2 875 36,9 1 845 44,9 950 25,3 1 760 22,4 1 800 24,8 9 230 30,0 251 390 34,9
               
Propriétaires 1 735 100,0 1 265 100,0 2 180 100,0 5 495 100,0 4 120 100,0 14 800 100,0 255 635 100,0
Moins de 20 000 $ 200 11,5 165 13,0 120 5,5 405 7,4 260 6,3 1 155 7,8 821 995 8,6
20 000 $ à 39 999 $ 355 20,5 360 28,5 395 18,1 835 15,2 750 18,2 2 710 18,3 47 915 18,7
40 000 $ à 74 999 $ 695 40,1 420 33,2 630 28,9 1 395 25,4 1 350 32,8 4 480 30,3 83 200 32,5
75 000 $ à 99 999 $ 220 12,7 190 15,0 415 19,0 815 14,8 615 14,9 2 255 15,2 39 745 15,5
100 000 $ ou plus 250 14,4 120 9,5 625 28,7 2 035 37,0 1 155 28,0 4 190 28,3 62 780 24,6
Revenu médian 53 188 $ 48 246 $ 72 783 $ 78 726 $ 66 406 $ 66 882 $ 63 196 $
Sous le seuil de faible revenu - 2005 295 17,0 280 22,1 255 11,7 625 11,4 525 12,7 1 985 13,4 35 480 13,9
Sous le seuil de faible revenu - 2000 270 17,1 300 25,3 275 13,0 490 12,3 470 12,8 1 805 14,4 33 995 14,7
               
Locataires 6 265 100,0 2 855 100,0 1 740 100,0 4 185 100,0 3 580 100,0 18 620 100,0 487 605 100,0
Moins de 20 000 $ 1 965 31,4 925 32,4 535 30,7 890 21,3 880 24,6 5 190 27,9 160 900 33,0
20 000 $ à 39 999 $ 2 275 36,3 945 33,1 590 33,9 1 330 31,8 1 035 28,9 6 190 33,2 157 285 32,3
40 000 $ à 74 999 $ 1 545 24,7 800 28,0 450 25,9 1 305 31,2 1 210 33,8 5 305 28,5 126 875 26,0
75 000 $ à 99 999 $ 305 4,9 120 4,2 105 6,0 360 8,6 290 8,1 1 185 6,4 26 215 5,4
100 000 $ ou plus 175 2,8 65 2,3 55 3,2 290 6,9 160 4,5 750 4,0 16 33 5 3,4
Revenu médian 28 997 $ 27 780 $ 30 131 $ 37 626 $ 37 424 $ 32 376 $ 29 766 $
Sous le seuil de faible revenu - 2005 3 010 48,0 1 535 53,8 825 47,4 1 365 32,6 1 350 37,7 8 085 43,4 218 710 44,9
Sous le seuil de faible revenu - 2000 2 605 42,0 1 545 52,9 675 41,4 1 270 32,7 1 330 36,9 7 425 40,7 217 395 44,5

Source : Statistique Canada, tableaux personnalisés du recensement de 2006 (CO-1005) et du recensement de 2001 (CO-0658). Compilation :
Ville de Montréal, SMVTP-DH.
Note : Pour les agglomérations canadiennes de 500 000 habitants ou plus (dont Montréal), les seuils de faible revenu sont de 20 778 $ pour 1 personne, 25 867 $ pour 2 personnes, 31 801 $ pour 3 personnes, 38 610 $ pour 4 personnes, 43 791 $ pour 5 personnes, 49 389 $ pour 6 personnes et de 54 987 $ pour 7 personnes ou plus. Pour la définition complète, voir en annexe.

 

 

Taux d’effort des ménages

Avis aux lecteurs :
Le taux d’effort représente la proportion du revenu annuel brut qu’un ménage consacre à se loger (incluant les frais de location ou d'hypothèque, les taxes et les frais de chauffage et d’électricité).

 

Faits saillants
  • Les ménages de Saint-Laurent ont un taux d’effort légèrement plus élevé que ceux de la ville de Montréal. De plus, ce taux augmente par rapport à 2001 :
    • En effet, plus du tiers (33,5 %) des ménages de l'arrondissement ont un taux d'effort de 30 % ou plus et 15,4 % ont un taux d'effort de 50 % ou plus, comparativement à 32,8 % et 15,4 % respectivement pour les ménages de la ville.
    • De plus, le pourcentage de ménages de Saint-Laurent ayant un taux d’effort de 50 % ou plus a augmenté depuis 2001, passant de 18,8 % à
  • 20,8 % pour les locataires et de 8,2 % à 8,6 % pour les propriétaires.
  • Le quartier Dutrisac (57) se démarque en offrant des taux d’effort inférieurs à l’arrondissement et à la plupart des autres quartiers et ce, tant pour les ménages propriétaires que locataires.
  • Dans l’arrondissement, les personnes seules ont la proportion la plus élevée de ménages ayant un taux d'effort de 50 % ou plus avec 26,8 %.
  • Pour les couples avec ou sans enfants, cette proportion est moins élevée, soit de 10,4 % et 7,6 % respectivement.

 

Taux d’effort et mode d’occupation des ménages par secteur
Tous ménages Taux d'effort de 30 % ou plus Taux d'effort de 50 % ou plus
N N % en 2006 % en 2001 N % en 2006 % en 2001
Tous ménages      
QR 55 8 000 3 630 45,4 40,2 1 620 20,3 18,0
QR 56 4 115 1 600 38,9 37,6 810 19,7 18,1
QR 57 3 920 >935 23,9 24,4 415 10,6 8,9
QR 58 9 675 2 910 30,1 28,3 1 370 14,2 14,3
QR 59 7 700 2 105 27,3 26,8 940 12,2 11,8
Saint-Laurent 33 420 11 185 33,5 31,7 5 160 15,4 14,5
Ville de Montréal 743 235 243 940 32,8 32,0 114 630 15,4 15,5
Propriétaires
QR 55 1 735 465 26,8 19,9 175 10,1 8,9
QR 56 1 265 340 26,9 23,2 175 13,8 11,4
QR 57 2 180 340 15,6 14,4 140 6,4 4,7
QR 58 5 495 1 165 21,2 17,9 440 8,0 8,2
QR 59 4 120 980 23,8 20,7 335 8,1 9,0
Saint-Laurent 14 800 3 295 22,3 18,9 1 275 8,6 8,2
Ville de Montréal 255 635 56 475 22,1 21,2 23 360 9,1 8,7
Locataires
QR 55 6 265 3 165 50,5 45,4 1 450 23,1 20,4
QR 56 2 855 1 260 44,1 43,4 630 22,1 20,8
QR 57 1 740 >595 34,2 37,7 270 15,5 14,7
QR 58 4 185 1 745 41,7 38,7 925 22,1 20,5
QR 59 3 580 1 125 31,4 32,9 605 16,9 14,6
Saint-Laurent 18 620 7 890 42,4 40,5 3 880 20,8 18,8
Ville de Montréal 487 605 187 460 38,4 37,1 91 265 18,7 18,7

Soure : Statistique Canada, tableaux personnalisés du recensement de 2006 (CO-1005) et du recensement de 2001 (CO-0658).
Compilation : Ville de Montréal, SMVTP-DH.

 

 

Taux d’effort et mode d’occupation selon la composition des ménages
Couples sans enfants N % Couples avec enfants N % Ménages monoparentaux N % Personnes seules N % Tous ménages N
N % N % N % N % N %
Saint-Laurent
Tous ménages 6 935 100,0 10 890 100,0 3 630 100,0 10 285 100,0 33 420 100,0
30 % ou plus 1 500 21,6 2 970 27,3 1 225 33,7 4 965 48,3 11 185 33,5
50 % ou plus 525 7,6 1 135 10,4 520 14,3 2 755 26,8 5 160 15,4
           
Propriétaires 4 060 100,0 5 800 100,0 1 310 100,0 3 030 100,0 14 800 100,0
30 % ou plus 580 14,3 1 225 21,1 325 24,8 1 075 35,5 3 295 22,3
50 % ou plus 215 5,3 455 7,8 115 8,8 470 15,5 1 275 8,6
           
Locataires 2 870 100,0 5 085 100,0 2 320 100,0 7 250 100,0 18 620 100,0
30 % ou plus 915 31,9 1 750 34,4 900 38,8 3 895 53,7 7 890 42,4
50 % ou plus 310 10,8 680 13,4 400 17,2 2 280 31,4 3 880 20,8
 
Ville de Montréal
Tous ménages 151 065 100,0 161 945 100,0 84 500 100,0 294 090 100,0 743 235 100,0
30 % ou plus 29 270 19,4 33 125 20,5 28 940 34,2 136 420 46,4 243 940 32,8
50 % ou plus 11 515 7,6 11 795 7,3 11 095 13,1 72 215 24,6 114 630 15,4
                     
Propriétaires 71 545 100,0 87 520 100,0 23 550 100,0 62 970 100,0 255 635 100,0
30 % ou plus 10 235 14,3 15 555 17,8 6 565 27,9 21 990 34,9 56 475 22,1
50 % ou plus 3 670 5,1 5 510 6,3 2 725 11,6 10 475 16,6 23 360 9,1
           
Locataires 79 520 100,0 74 430 100,0 60 945 100,0 231 120 100,0 487 605 100,0
30 % ou plus 19 035 23,9 17 575 23,6 22 370 36,7 114 425 49,5 187 460 38,4
50 % ou plus 7 845 9,9 6 290 8,5 8 365 13,7 61 740 26,7 91 265 18,7

Source : Statistique Canada, tableaux personnalisés du recensement de 2006 (CO-1005). Compilation : Ville de Montréal, SMVTP-DH.
Note : Les ménages « autres » (incluant les ménages multifamiliaux et ceux de 2 personnes ou plus non apparentées) sont inclus dans « Tous ménages ».

 

 

Ménages locataires sous le seuil de revenu de besoins impérieux

Avis aux lecteurs :

Le seuil de revenu de besoins impérieux est une mesure utile pour estimer les besoins en matière de logement social. La Société d’habitation du Québec (SHQ) utilise ce seuil pour définir l’admissibilité à certains programmes d’habitation, dont les habitations à loyer modique (HLM) et les programmes de supplément au loyer. Le tableau suivant porte sur les ménages locataires; ceux-ci constituant la clientèle cible de ces programmes.

 

Faits saillants

  • Il y a 7 450 ménages locataires de Saint-Laurent dont le revenu annuel est sous le seuil de revenu de besoins impérieux, ce qui représente 40,0 % de tous les ménages locataires de l’arrondissement.
  • Les personnes seules1 y sont considérablement représentées avec 28,3 %, comparativement à 43,6 % pour la ville de Montréal. Suivent ensuite, les ménages âgés de 65 ans ou plus avec 27,6 % (22,3 % pour Montréal). Quant aux ménages avec enfants2, ils constituent 34,1 % de ces ménages.
  • Les ménages locataires ayant un revenu annuel sous le seuil de revenu de besoins impérieux se concentrent plus particulièrement dans le quartier Chameran/Montpellier (55) avec 2 860 ménages, soit 45,7 % des ménages locataires. Néanmoins, tous les quartiers de Saint-Laurent en comptent plus de 31 % de leurs ménages locataires.

 

  1. Les personnes seules de moins de 65 ans seulement.
  2. Les ménages avec enfants incluent les couples avec enfants, les ménages monoparentaux et les ménages multifamiliaux (avec ou sans enfants).

 

 

Ménages locataires ayant un revenu sous le seuil de revenu de besoins impérieux*
selon la composition du ménage et par secteur
QR 55 QR 56 QR 57 QR 58 QR 59 Saint-Laurent Ville de Montréal
N % N % N % N % N % N % N %
Tous ménages locataires 6 265 100,0 2 855 100,0 1 740 100,0 4 185 100,0 3 580 100,0 18 620 100,0 487 605 100,0
Ménages locataires sous le seuil de revenu de besoins impérieux* 2 860 45,7 1 295 45,4 730 42,0 1 315 31,4 1 200 33,5 7 450 40,0 210 070 43,1
Personnes seules 760 26,6 325 25,1 225 30,8 355 27,0 415 34,6 2 110 28,3 91 600 43,6
Couples sans enfants 190 6,6 75 5,8 25 3,4 100 7,6 120 10,0 475 6,4 14 355 6,8
Couples avec enfants 755 26,4 450 34,7 130 17,8 235 17,9 160 13,3 1 740 23,4 20 895 9,9
Ménages monoparentaux 245 8,6 170 13,1 65 8,9 115 8,7 150 12,5 760 10,2 23 750 11,3
Ménages multifamiliaux 10 0,3 0 0,0 0 0,0 20 1,5 10 0,8 40 0,5 625 0,3
2 personnes ou plus 105 3,7 80 6,2 0 0,0 60 4,6 20 1,7 270 3,6 11 995 5,7
Ménages âgés de 65 ans ou plus** 795 27,8 195 15,1 285 39,0 430 32,7 325 27,1 2 055 27,6 46 850 22,3
Total 2 860 100,0 1 295 100,0 730 100,0 1 315 100,0 1 200 100,0 7 450 100,0 210 070 100,0

Source : Statistique Canada, tableaux personnalisés du recensement de 2006 (CO-1005). Compilation : Ville de Montréal, SMVTP-DH.

*Les seuils de revenu de besoins impérieux (SHQ, 2007) ont été légèrement adaptés pour tenir compte des tranches de revenu (2005) disponibles dans les tableaux personnalisés du recensement de 2006 (commande de la Ville de Montréal, CO-1005). Ainsi, le seuil est de 25 000 $ pour les personnes seules, les

couples sans enfants, les ménages de deux personnes et plus non apparentées et les familles monoparentales. Il est de 30 000 $ pour les couples avec enfants et de 40 000 $ pour les ménages multifamiliaux.
**Par ménages âgés de 65 ans ou plus, on entend les personnes seules ou couples sans enfants dont le soutien principal a 65 ans ou plus. Par conséquent, les ménages âgés de 65 ans ou plus sont exclus de ces deux catégories de ménages.

 

Pour en savoir plus sur les ménages locataires sous le seuil de revenu de besoins impérieux, cliquez ici pour consulter la page 22 du profil statistique en habitation de la ville de Montréal.

 

Parc de logements privés, sociaux et communautaires

Avis aux lecteurs :

Les données utilisées pour la typologie des bâtiments proviennent du rôle d'évaluation foncière de 2007, car ces dernières reflètent mieux la typologie du cadre bâti montréalais. Elles ne se comparent pas avec celles du recensement de 2006 car, entre autres, les logements inoccupés y sont inclus. Mentionnons que les catégories de bâtiments au rôle foncier ont également été adaptées par la Direction de l’habitation afin de mieux répondre aux
besoins d’analyses liées au parc de logements.
Pour les fins des présentes compilations, les logements sociaux et communautaires regroupent les logements HLM ou appartenant à l’Office municipal d’habitation de Montréal (OMHM), les logements locatifs de la Société d’habitation et de développement de Montréal (SHDM)) ainsi que ceux appartenant à des organismes à but non lucratif (OBNL) ou à des coopératives d’habitation. Les définitions se trouvent à la fin du document. Les projets sociaux et communautaires des programmes AccèsLogis et Logement abordable Québec – Volet social et communautaire qui étaient occupés au 31 décembre 2008 ont été comptabilisés. Les données sur les logements sociaux et communautaires proviennent de plusieurs sources et ont été compilées par la Direction de l'habitation.

 

Faits saillants

  • Le parc  de  logements  de  l’arrondissement  de Saint-Laurent se démarque  de  celui  de  la  ville  de Montréal car  22,0 %  des  logements  de l’arrondissement se trouvent dans des bâtiments de type plex (2 à 5 logements), comparativement à 38,5 % pour Montréal.
  • Le quartier Chameran/Montpellier (55) se démarque avec 55,5 % de ses logements dans des immeubles à logements de 4 étages ou plus (6 logements ou plus). Le quartier Grenet (56) se démarque également avec 57,0 % de ses logements dans des immeubles à logements de 3 étages ou moins (6 logements ou plus). Une bonne partie de ces immeubles ont été construits au cours des années 1960 et 1970.
  • Dans l'arrondissement de Saint-Laurent, les 927 logements sociaux et communautaires représentent 2,8 % de tous les logements (occupés en 2006) et 5,0 % des logements locatifs, ce qui est nettement moindre que les proportions observées à l’échelle de la ville de Montréal, où les taux sont de 7,1 % et de 10,8 % respectivement.
  • Les logements sociaux et communautaires se concentrent dans les quartiers Dutrisac (57) et Du Collège/Hodge (59) avec respectivement 364 et 348 logements sociaux.

 

 

Distribution des logements (occupés et vacants) selon le type de bâtiments par secteur, données du rôle foncier 2007
QR 55 QR 56 QR 57 QR 58 QR 59 Saint-Laurent Ville de Montréal
N % N % N % N % N % N % N %
Unifamiliaux 15 0,2 565 12,7 1 466 34,2 3 217 29,4 2 552 28,9 7 815 20,7 99 126 12,5
Plex (2 à 5 logements) 710 7,7 993 22,3 1 520 35,5 2 685 24,6 2 381 27,0 8 289 22,0 305 988 38,5
Immeubles à logements de 3 étages ou moins 321 3,5 2 536 57,0 163 3,8 429 3,9 1 045 11,9 4 494 11,9 173 574 21,8
Immeubles à logements de 4 étages ou plus 5 145 55,5 0 0,0 393 9,2 1 415 13,0 1 008 11,4 7 961 21,1 82 221 10,3
Copropriétés divises* 2 008 21,7 281 6,3 205 4,8 2 526 23,1 1 302 14,8 6 322 16,8 82 725 10,4
Autres** 1 064 11,5 75 1,7 539 12,6 653 6,0 530 6,0 2 861 7,6 52 094 6,5
Total 9 263 100,0 4 450 100,0 4 286 100,0 10 925 100,0 8 818 100,0 37 742 100,0 795 728 100,0

Source : Ville de Montréal, Rôle d’évaluation foncière 2007, mise à jour en janvier 2009. Compilation : Ville de Montréal, SMVTP-DH.
*Les logements en « copropriétés divises » sont regroupés sans distinction à l’égard de la typologie du bâtiment (unifamiliaux, plex, etc.) pour fins d’analyses.
** La catégorie « autres » inclut les logements présents dans des unités foncières particulières qui ne peuvent être classées selon le type de bâtiments comme, par exemple, les ensembles immobiliers où l’unité foncière regroupe plusieurs bâtiments.

 

Distribution des logements sociaux et communautaires dans l’ensemble du parc de logements par secteur
QR 55 QR 56 QR 57 QR 58 QR 59 Saint-Laurent Ville de Montréal
Tous logements (occupés) - recensement 2006 8 000 4 115 3 920 9 675 7 700 33 420 743 235
Logements loués - recensement 2006 6 265 2 855 1 740 4 185 3 580 18 620 487 605
Logements sociaux et communautaires - 2008 0 76 364 139 348 927 52 881
HLM 0 0 171 0 134 305 20 796
OBNL 0 0 170 139 1 310 13 537
Coopératives 0 76 23 0 130 229 11 901
Publics non-HLM (abordables) 0 0 0 0 83 83 6 647
% parmi les logements occupés* 0,0 1,8 9,3 1,4 4,5 2,8 7,1
% parmi les logements loués* 0,0 2,7 20,9 3,3 9,7 5,0 10,8

Sourcs : Statistique Canada, tableaux personnalisés du recensement de 2006 (CO-1005) et Ville de Montréal, données de la Direction de l’habitation. Compilation : Ville de Montréal, SMVTP-DH.
*Logements sociaux et communautaires au 31 décembre 2008/logements occupés (ou loués) en 2006.

 

Pour en savoir plus sur le parc de logements privés, sociaux et communautaires, cliquez ici pour consulter la page 25 du profil statistiqu en habitation de la ville de Montréal.

 


Période de construction des logements

Avis aux lecteurs :
La période de construction est l’année de construction du bâtiment sans égard aux travaux de rénovation effectués. L’occupant du logement sélectionne une période de construction parmi celles qui lui sont proposées dans le questionnaire du recensement.
Dans cette section, les copropriétaires de copropriétés divises sont traités distinctement des propriétaires (ce qui n’est pas le cas pour les copropriétés
indivises).

 

Faits saillants

  • Le boom de la construction résidentielle pour Saint-Laurent débute après 1961; 67,0 % des logements ont été construits entre 1961 et 2006, comparativement à 53,8 % pour la ville de Montréal.
  • Les logements construits avant 1946 sont et de loin proportionnellement moins nombreux à Saint-Laurent (6,1 %) qu’à Montréal (20,3 %).
  • Les quartiers Bois-Francs (58) et Chameran/Montpellier (55) ont un parc de logements plus récent avec respectivement 50,9 % et 28,4 % des logements construits entre 1981 et 2006.
  • Par mode d’occupation, les propriétaires de l’arrondissement occupent majoritairement des logements plus anciens; 55,0 % ont été construits avant 1961. Pour leur part, les locataires occupent dans une proportion importante de 49,8 %, des logements construits entre 1961 et 1980, période de production importante pour les immeubles à logements de 3 étages ou moins (6 logements ou plus).

 

 

 

Période de construction des logements par secteur

période de construction

Source : Statistique Canada, tableaux personnalisés du recensement de 2006 (CO-1006).
Compilation : Ville de Montréal, SMVTP-DH.

 

 

 

Période de construction des logements selon le mode d’occupation

période de construcyion des logements

Source : Statistique Canada, tableaux personnalisés du recensement de 2006 (CO-1006).
Compilation : Ville de Montréal, SMVTP-DH.

 

 

État d’entretien des logements

Avis aux lecteurs :
La variable sur l’état d’entretien du logement est fournie par l’occupant et comporte donc une certaine subjectivité. Par exemple, le mode d’occupation, le niveau de scolarité et l’âge peuvent influencer la réponse du répondant.


Faits saillants

  • La majorité des logements (66,7 %) dans Saint-Laurent ne requiert que des travaux d'entretien régulier.
    Cependant, la proportion des logements nécessitant des réparations majeures a augmenté depuis 2001, suivant en cela la tendance observée à
  • Montréal; dans Saint-Laurent, le taux est passé de 6,3 % en 2001 à 7,1 % en 2006 et pour la ville de Montréal, de 8,6 % à 9,6 %. Cette situation particulière de Montréal provient en partie du vieillissement général du parc de logements, surtout pour le parc locatif qui a connu un faible nombre de constructions neuves privées ces dernières années.
  • La tendance varie selon le mode d’occupation des ménages; chez les propriétaires, le taux de besoins en réparations majeures a diminué entre 2001 et 2006, passant de 7,4 % à 5,6 %, tandis qu’il a augmenté chez les locataires de 5,5 % à 8,2 %.
  • Tous les modes d’occupation confondus, c’est dans le quartier Grenet (56) que les besoins en réparations majeures sont les plus élevés avec 13,1 % des logements occupés. Rappelons qu’il s’agit du quartier où se concentrent les immeubles à logements de 3 étages ou moins (6 logements ou plus).


État d’entretien des logements

état logement

Source : Statistique Canada, tableaux personnalisés du recensement de 2006 (CO-1006).
Compilation : Ville de Montréal, SMVTP-DH.

 

 

État d’entretien des logements par secteur et mode d’occupation
QR 55 QR 56 QR 57 QR 58 QR 59 Saint-Laurent Ville de Montréal
Tous les logements 8 000 4 115 3 920 9 675 7 700 33 420 743 235
% nécessitant réparations mineures en 2006 20,1 31,7 31,8 21,5 33,0 26,3 29,8
% nécessitant réparations mineures en 2001 13,9 28,1 32,3 20,6 30,0 23,5 27,1
% nécessitant réparations majeures en 2006 4,6 13,1 7,1 4,7 9,5 7,1 9,6
% nécessitant réparations majeures en 2001 3,5 8,9 7,3 5,0 8,5 6,3 8,6
Propriétaires 1 735 1 265 2 180 5 495 4 120 14 795 255 635
% nécessitant réparations mineures en 2006 13,8 32,4 35,6 20,7 39,1 28,2 32,1
% nécessitant réparations mineures en 2001 11,1 33,3 38,5 22,4 34,7 28,3 31,9
% nécessitant réparations majeures en 2006 3,2 13,0 7,6 3,0 6,7 5,6 7,5
% nécessitant réparations majeures en 2001 4,7 11,8 7,8 5,5 9,0 7,4 8,0
Locataires 6 265 2 855 38,3 4 185 3 580 18 625 487 605
% nécessitant réparations mineures en 2006 31,0 35,9 24,2 25,7 44,1 24,8 28,6
% nécessitant réparations mineures en 2001 14,5 25,9 8,4 18,9 25,1 20,2 24,8
% nécessitant réparations majeures en 2006 10,3 16,0 6,4 3,9 7,7 8,2 10,6
% nécessitant réparations majeures en 2001 3,1 7,7 1 740 4,5 8,2 5,5 8,9

Source : Statistique Canada, tableaux personnalisés du recensement de 2006 (CO-1005) et du recensement de 2001 (CO-0658).
Compilation : Ville de Montréal, SMVTP-DH.

 

 

Quelques définitions

 

État d’entretien des logements : variable indiquant si, selon l’occupant, le logement nécessite des réparations.

  • L’entretien régulier correspond à des travaux comme la peinture, le nettoyage du système de chauffage, etc.
  • Les réparations mineures sont nécessaires dans les cas suivants : carreaux de plancher détachés ou manquants, briques descellées, bardeaux arrachés, marches, rampes ou revêtement extérieur défectueux, etc.
  • Les réparations majeures doivent être effectuées lorsque la plomberie ou l’installation électrique est défectueuse, que la charpente des murs, des planchers ou des plafonds doit être réparée, etc.

 

Logement privé occupé : ensemble distinct de pièces d’habitation, ayant une entrée privée donnant sur l’extérieur ou sur un corridor, un hall, un vestibule ou un escalier commun menant à l’extérieur, occupé de façon permanente par une personne ou un groupe de personnes. On ne doit pas avoir à passer par des pièces d’habitation d’un autre ménage. De plus, le logement doit être doté d’une source de chauffage ou d’énergie. Les logements collectifs comme les maisons de chambres, les foyers, les résidences étudiantes, etc. ne font pas partie des logements privés occupés.

 

Logement social et communautaire : logements locatifs dont le cadre physique correspond à la définition de logement privé de Statistique Canada en plus d’inclure les maisons de chambres et les logements inoccupés. De plus, le mode de tenure est de type public ou communautaire (OBNL et coopératives).

  • Les habitations à loyer modique (HLM) sont des logements publics gérés par l’Office municipal d’habitation de Montréal (OMHM) dont le loyer est fixé à 25 % des revenus du ménage. À noter qu’à la suite du retrait du financement fédéral, les derniers HLM ont été construits en 1994.
  • Les logements dans les organismes à but non lucratif (OBNL) constituent des logements possédés et gérés par un organisme privé dont la vocation est de louer des logements à des ménages ayant des difficultés à se loger convenablement, tels les ménages âgés, les ménages à faible revenu, les jeunes marginaux, les victimes de violence, etc. La majorité des OBNL offrent un soutien communautaire à leurs locataires. Enfin, les locataires sont présents dans la majorité des conseils d’administration des OBNL.
  • Les logements en coopérative d’habitation (coop) sont des logements appartenant collectivement aux membres de la coopérative qui eux, louent les logements de la coopérative. La vocation de la coopérative est d’offrir des logements de qualité et à prix abordables, tout en favorisant une mixité socioéconomique des ménages, avec une attention particulière pour les ménages à faible revenu. La participation volontaire de ses membres à sa gestion et à son entretien est une autre caractéristique de la coopérative.
  • Les logements publics non HLM (abordables) sont des logements locatifs appartenant à l’Office municipal d’habitation de Montréal (OMHM) (réalisés dans le cadre des programmes AccèsLogis ou Logement abordable Québec) ou à la Société d’habitation et de développement de Montréal (SHDM). Les logements de l’OMHM sont gérés par projets dans une forme s’apparentant aux OBNL; les résidents sont invités à prendre part à la gestion de l’immeuble. Dans le cas de la SHDM, plusieurs projets sont gérés par des OBNL d’habitation. Les autres demeurent sous la responsabilité de la SHDM et visent aussi les ménages à revenu faible ou modeste.

 

Mode d’occupation : il existe principalement deux modes d’occupation d’un logement; soit la location ou la propriété. Il se réfère donc au lien direct entre le logement et le ménage qui l’occupe. Dans le cas d’un ménage qui loue et occupe un condo, il sera compté parmi les ménages locataires.

Revenu médian : valeur qui sépare les ménages en deux groupes égaux, la moitié des ménages a un revenu supérieur à la médiane et l’autre moitié, un revenu inférieur.


Seuil de faible revenu : indicateur de Statistique Canada visant à distinguer les familles et personnes qui sont nettement désavantagées économiquement par rapport à la moyenne. Il s’agit donc du revenu en deçà duquel un ménage est susceptible de consacrer 20 % de plus de son revenu qu’un ménage moyen pour se nourrir, se vêtir et se loger. Le seuil de faible revenu varie en fonction de la taille du ménage et de la municipalité ou de l’agglomération urbaine. Pour les agglomérations canadiennes de 500 000 habitants ou plus (dont Montréal), les seuils sont de 20 778 $ pour 1 personne, 25 867 $ pour 2 personnes, 31 801 $ pour 3 personnes, 38 610 $ pour 4 personnes, 43 791 $ pour 5 personnes, 49 389 $ pour 6 personnes et 54 987 $ pour 7 personnes ou plus.


Soutien principal du ménage : première personne indiquée dans le ménage comme étant celle qui effectue le paiement du loyer ou de l’hypothèque, des taxes, de l’électricité, etc. pour le logement.


Typologie de bâtiments : caractéristiques qui définissent la structure d’une habitation.

  • Les logements unifamiliaux sont des bâtiments généralement d’un seul logement, mais pouvant comprendre un second logement de taille nettement inférieure comme, par exemple, un bachelor. Ces bâtiments peuvent être isolés, jumelés ou attenants à plusieurs autres logements unifamiliaux (maisons en rangée).
  • Les plex sont des bâtiments de 2 à 5 logements superposés (un ou deux logements par étage) et disposent d’une entrée privée ou semi-privée (escaliers extérieurs, balcon).
  • Les immeubles à logements de 3 étages ou moins comptent 6 logements ou plus accessibles par un corridor ou une cage d’escalier communs. Ces bâtiments comprennent donc une ou des entrées collectives et peuvent, dans certains cas, disposer d’un ascenseur.
  • Les immeubles à logements de 4 étages ou plus comptent 6 logements ou plus et les logements sont accessibles par un corridor commun. Ces bâtiments comprennent donc une ou des entrées collectives ainsi qu’un ou des ascenseurs. Les tours d’habitation font partie de cette typologie.

 

 

Carte des quartiers de référence en habitation – Ville de Montréal

île de Montréal
Réalisation : Stéphane Charbonneau, Ville de Montréal, SMVTP-DH, mai 2009.


Direction de l’habitation
Service de la mise en valeur du territoire et du patrimoine
Mai 2009

 

 

Tous droits réservés © - site officiel du Comité logement Saint-Laurent - Webmaster Johanne Thériault